Conseils Emploi

Sueur froide, mains moites, boule au ventre, quelques signes qui montrent que vous êtes stressé. Ce qui n'est pas étonnant lorsqu'on passe un entretien d'embauche. Nous voulons tellement le réussir et obtenir le poste, que nous nous mettons indirectement la pression. Pourtant le stress est notre pire ennemi à un entretien. Il nous fait perdre nos moyens, et donc ne nous permet pas de donner le meilleur de nous même. Comment vaincre le stress afin de réussir notre entretien d'embauche ? Il existe quelques techniques simples à pratiquer qui nous permettent d'éradiquer ou de limiter notre stress: 1- La préparation : - Rendez-vous 2 ou 3 jours avant l'entretien à l'enceinte de l'entreprise. Repérer les lieux limite le stress. - Préparez votre tenue la veille de votre entretien et revérifier l'heure et l'adresse pour ne pas stresser à l'idée d'être en retard. 2- Anticiper les questions : Anticiper les questions probables et usuelles que pourraient vous posez le recruteur, et y répondez tranquillement chez vous. Vous pourrez ainsi vous sentir à l'aise pendant l'entretien car il n'y aura pas de place à l'imprévu. 3- Renseigner vous sur l'entreprise et sur le poste: Se renseigner sur l'entreprise et sur le poste permet de donner une idée des questions probables, de comprendre les besoins de l'entreprise, de répondre aux questions par rapport aux attentes du recruteur , enfin d'avoir un mini contrôle sur le déroulement de l'entretien car vous connaissez au préalable les grandes lignes de celui-ci. 4- faite une simulation d'entretien : Imaginez vous en entretien, faite un jeu de rôle, imaginez toutes les scènes possibles. Celui avec un recruteur aimable et agréable, et celui avec un recruteur rude et désagréable. Ce jeu de rôle va vous permettre de déstresser car vous serez préparer  à toutes éventualités. 5- Se motiver: Il faut se donner toute la motivation du monde, revoir ces points forts, se convaincre qu'aucune autre personne ne sera prise à part vous car vous êtes là personne qu'il faut. Se motiver vous permettra d'éviter de trembler et vous serez un peu plus à l'aise à l'entretien. 6- faite du sport: Que se soit du footing, du basket ou un autre sport, faire du sport quelques heures avant l'entretien, va vous permettre de vous déstresser complètement. C'est le meilleur moyen de ne pas stresser. 7- contrôler votre respiration: Inspirer bien fort et expirer juste après, est une technique de yoga qui détend et donc déstresse .
Un entr etien d' embauche est un test psychotechnique que vous fait passer un recruteur afin de juger si vous êtes la personne adéquate au poste. Malgré les idées reçues, un entretien d'embauche n'est pas basé sur vos compétences techniques c'est à dire qu'on ne vous fait pas passer l'entretien d'embauche pour que vous étayez votre CV même si le recruteur y reviendra certainement. Il faut que vous ayez à l'esprit que si vous êtes là, c'est parce qu'il pense que vous avez les compétences techniques nécessaires au poste mais il se demande ce qu'il en est de vos attitudes relationnelles, si vous pouvez travailler en équipe ? Quelle est votre endurance au stress? Si vous êtes une personne impliquée dans votre métier? Tant de questions basées sur votre psychologie et psychophysiologie qui détermineront l'issue de l'entretien. Quels sont les secrets de la réussite d'un entretien d'embauche? La réussite d'un entretien d'embauche se base sur plusieurs points : 1- Votre ponctualité : Une fois arrivée dans l'enceinte de l'entreprise, vous devrez vous considérer en entretien jusqu'à ce que vous quittez l'enceinte de l'entreprise. Il est important d'arriver au minimum 5 à 10 minutes avant l'entretien car il n'est pas rare que le recruteur demande à l'hôte ou l'hôtesse d'accueil à quelle heure vous êtes arrivé afin de déterminer votre sérieux, votre ponctualité et votre assiduité au travail.   2- Votre look : Votre style vestimentaire parle pour vous, il permet de déterminer une partie de votre personnalité, ainsi que votre sérieux. Évitez les vêtements flashy ou trop osés, soyez sobre. Pour les hommes, c'est mieux de porter un costume et les femmes un tailleur. Mesdames ne soyez pas trop maquillées, optez pour un maquillage léger, pas trop marqué. 3- Les odeurs : Les odeurs de parfum, de cigarette ou de café peuvent être gênantes pour le recruteur et lui faire passer un mauvais moment, au point qu'il n'ait qu'une envie : NE PLUS VOUS REVOIR. Évitez les odeurs de café ou de cigarette; quant au parfum, choisissez un parfum léger qui ne risque pas d'être irritant pour le recruteur. 4- Les gestes clés : * rester debout : tant que le recruteur ne vous aura pas demandé de vous asseoir, rester debout. Il s'agit d'une marque de respect, et personne ne veut une personne irrespectueux dans son entreprise. * la droiture : soyez dans toutes vos postures (assis ou debout) le plus droit possible. * vos mains: une fois assis, ayez les mains croisées ou proche l'une de l'autre sur la table. Remarque: les mains sur la table n'impliquent que les mains, aucunement les avant-bras et les bras, vous risquez de paraître irrespectueux en ajoutant d'autre partie de votre corps. * votre poignée de main: lorsque vous serrez la main du recruteur, elle doit être ferme, le tout en le regardant droit dans les yeux. * votre élocution: ayez une bonne élocution, à un rythme posé et espacé, ni trop vite ni trop lent. * votre regard: vous devez toujours regarder le recruteur droit dans les yeux, ceci montre que vous êtes attentif à la discussion. Si le recruteur vous intimide alors regardez son front, il aura l'impression que vous le regardez dans les yeux. 5- La préparation: Il est nécessaire que vous vous renseignez sur l'entreprise qui vous recrute. Vous devez savoir les secteurs auxquels elle exerce, ces objectifs et si possible sa politique. Puis renseignez vous sur le poste. De quoi s'agit il? Quelles sont les difficultés habituellement rencontrées sur le poste? Quel est le salaire proposé sur le marché? Cette préparation vous permettra d'avoir une idée générale sur les questions posées spécifiques au métier lors de l'entretien, vous pourriez également démontrer ce que vous pourriez apporter à l'entreprise, comment vous arriverez à palier les probables difficultés que vous rencontrerez sur le poste, ainsi que de donner une prestation salariale convenable. En outre préparez vous à répondre aux questions généralistes les plus fréquemment posées telles que : parlez moi de vous? Quels sont vos défauts et vos qualités, pourquoi vous choisir vous et non un autre candidat? Quels sont vos hobbies? Remarque: à la question parlez moi de vous? Cette question constitue généralement la première question ou fait partie des premières questions. Vous devez y répondre de manière à obtenir l'intérêt du recruteur. Ainsi ne récitez pas votre CV. Le recruteur l'a déjà lu et puis il peut y revenir à tout moment si il y tient. En outre réciter votre CV peut lui paraître ennuyant surtout si vous êtes la dixième personne qu'il reçoit, qui le fait. De ce fait, procédez différemment. Commencez par vous présenter brièvement, puis présentez ce qui vous a conduit à postuler, vos objectifs en acquérant le poste (lié à l'entreprise et non à vous), vos atouts et vos qualités qui vous permettront d'y arriver.   6- Montrez vos points forts : Au cours de l'entretien, essayez d'étayer vos réponses en vous servant de vos points forts, vos atouts ou vos qualités. Vous devez séduire le recruteur. 7- structurez vos réponses : Une réponse structurée est meilleure et surtout plus facile à retenir pour le recruteur en d'autre terme le message passe mieux. En outre structurer vos réponses va vous permettre de maintenir ou d'attirer l'attention du recruteur, ce qui vous permettra d'enclencher un démarquage par rapport aux autres candidats. 8- Prenez des risques : Osez montrer ce que vous pourriez apporter à l'entreprise de plus si vous êtes recrutés. Prenez l'initiative d'entamer le sujet, bien évidemment sans trop brusquer le recruteur. Vous ferez très certainement la différence par rapport aux autres candidats et vous pourrez aisément décrocher le poste.
"Avez vous des questions à me poser ?", cette phrase qui constitue la dernière question du recruteur lors d'un entretien est loin d'être anodine, cette question est révélatrice pour le recruteur, son jugement sur votre recrutement se fera en partie sur elle.   1-Que répondre à cette question ? Cette question révèle l'intérêt que vous avez pour l' offre d'emploi et pour l'entreprise. Bien qu'à ce moment précis vous ne voudriez que répondre "NON" afin de quitter cette salle stressante, sachez que pour les recruteurs répondre "NON" a cette question, impliquent un manque d'intérêt pour l'offre alors  ils rejetteront directement votre candidature.   2-Quels genres de questions devrais je poser ?   Les questions que vous poserez, devraient avoir de l'intérêt pour vous. Si le recruteur sent que les questions sont sans intérêt ou que vous n'y portez aucune écoute, cela reviendrait à n'avoir posé aucune question et donc que vous n'avez aucun intérêt pour l'offre. Ainsi vous devrez, avant l'entretien, vous questionnez sur ce que vous voudriez savoir sur l'offre. Attention bien que vous voudriez certainement savoir quel sera votre salaire, cette question est à éviter au premier entretien, par ailleurs il est préférable de laisser le recruteur entamer ce sujet. En outre, pensez à poser des questions dynamiques qui relanceront la discussion afin d'assurer un réel échange entre vous et le recruteur, et non des questions statiques auxquelles vous pourriez retrouver les réponses sur le net, avec un peu de documentation. Les thèmes principaux à développer sont : ● Les questions sur le poste: Ces questions sont importantes dans la mesure où vous montrez votre intérêt pour l'offre, voici quelques exemples: * Questions relatives aux responsabilités du poste: - Au jour d'aujourd'hui, quelles sont les priorités du poste? - Quelles sont les difficultés du poste ? - Quelles seront mes missions quotidiennes ? * Questions relatives au caractère évolutif du poste: - Y a t-il des formations prévues pour le poste ? - Devrais je prendre des cours d'anglais pour le poste ? * Questions relatives aux projections sur le poste? - Si demain vous me recrutiez, quel serait ma première mission ? - Que devrais je faire pour que dans 6 mois, vous me dites que j'ai réussi mon travail ? ● Les questions relatives à vous-mêmes ? Ces questions sont importantes car elles vont vous permettre de comprendre vos points forts ainsi que vos points faibles afin de pouvoir vous défendre contre les autres candidats, à vos prochains entretiens. Voici quelques exemples : - Quelles sont les qualités essentielles requises pour le poste ? - Quelles sont les 2 atouts que j'ai, pour le poste ?   3- Comment devrais je poser les questions ? Idéalement vous ne devrez pas attendre la fin de l'entretien pour poser vos questions, surtout si vous en avez plusieurs. En outre, il arrive que le recruteur vous demande si vous n'avez pas de question à lui poser, par formalité; mais ne tient pas réellement à vous accordez plus de temps. C'est pourquoi il est préférable que 30 minutes après le début de  l'entretien, pour un entretien d'une heure, vous prenez l'initiative de poser des questions bien évidemment par rapport au sujet de la discussion en cours. Ainsi en fin d'entretien, vous aurez très peu de questions (idéalement entre 3 à 4 questions) et aurez montrer pendant tout l'entretien votre intérêt pour l'offre.
Que vous appelez ou que vous vous faites appeler, l'entretien téléphonique est un art à réussir afin d'obtenir un entretien physique. Pourquoi les entreprises font elles de plus en plus d'entretien téléphonique ? L'entretien téléphonique est une phase éliminatoire des recruteurs. Elle permet aux recruteurs, d'identifier qu'elles seront parmi les candidatures retenues, celles qui passeront l'entretien physiques. En effet lorsqu'une entreprise fait une appelle à la candidature, bien souvent une masse de candidats postulent et généralement une grande partie des candidatures reçues ont le profil CV adéquat. Faire passer un entretien à tous ces candidats dont le CV est convenant, prend énormément de temps, alors par gain de temps les recruteurs font des entretiens téléphoniques.   Comment réussi son entretien téléphonique ? Tout d'abord on distingue 2 sortes d'entretien téléphonique, celui où vous appelez l'entreprise à la suite d'une appelle à la candidature ou une candidature spontanée et celui où le recruteur de l'entreprise vous contacte. Ces 2 formes d'entretien téléphonique n'excède pas plus de 15 minutes de règle générale. Lorsque vous appelez l'entreprise vous avez la chance de pouvoir être bien préparé et apte à passer un entretien téléphonique, alors que lorsque le recruteur vous contacte cela peut être tout à fait à l'imprévu pour vous. A- Lorsque vous passez l'appel : Lorsque vous passez l'appel, vous devez vous assurer que vous appelez au bon moment c'est à dire : ne pas appeler dans les heures de pause déjeuner, les lundis matins et les vendredis en fin d'après-midi, à ces heures le recruteur est occupé et il n'aura pas toute l'écoute essentielle à votre recrutement. Puis commencez par vous présenter brièvement (nom, prénom, votre situation actuelle), expliquez lui où vous avez pris note de l'offre et pourquoi elle vous intéres se, résumez lui brièvement les grandes lignes de votre CV en concordance avec l' offre d'emploi . À présent vous devez laisser place au recruteur, il aura sûrement des questions à vous poser ou des précisions à vous donner sur l'offre.  Ceci dit, reprenez la discussion en montrant votre intérêt. Continuez en essayant d'obtenir un entretien par des phrases comme " je pourrais vous donner plus de détails lors d'un entretien" et laissez le recruteur vous répondre. Finissez par remercier le recruteur du temps qu'il vous a accordé et demandez une adresse à laquelle vous pourrez lui envoyer votre CV, si jamais votre candidature lui convenez. B- Si le recruteur vous contacte : Dans le cas où le recruteur vous contacte, si vous avez fixé un rendez-vous téléphonique, il faut être 15 minutes à l'avance près du téléphone, dans un lieu calme et isolé.  Dans le cas contraire, après avoir demandé qui est votre interlocuteur et ces coordonnées, demandez lui si vous pouvez le rappeler. Le délais d'appel est de 15 minutes, ce temps vous sera nécessaire pour vous poser dans un lieu calme et isolé ainsi que de savoir quelle est l'entreprise qui vous appelle et de quelle poste il s'agit (dans le cas où vous avez ultérieurement postulé à une offre). Laissez le recruteur entamer la discussion, soyez attentif à ce qu'il vous dit, si vous êtes distrait il le ressentira.  Interagissez avec lui, montrez l'intérêt que vous avez pour l'offre, pour l'entreprise en posant des questions, en résumant brièvement les grandes lignes de votre CV en accord avec l'offre. Demandez au recruteur si il y a des explications sur certains détails qu'il aurait voulu savoir sur votre CV. Essayez d'obtenir un entretien physique, en reformulant votre intérêt pour l'offre et insistez sur le fait que vous pourriez lui donner d'avantage de détails sur votre CV en vous accordant un entretien. Ainsi vous arrivez en fin d'entretien, si le recruteur ne se décide pas à mettre fin à l'appel, prenez l'initiative de le faire en le remerciant du temps qu'il vous a accordé. Certains recruteur veulent voir l''esprit d'initiative du candidat et laissez couler du temps (au delà des 15 minutes réglementaire) pour juger de son initiative.   Quelles sont les règles à appliquer de manière générale ? 1- Renseignez vous sur l'entreprise et sur l'offre d'emploi : À la suite d'un intérêt pour une offre  d'emploi que vous appelez l'entreprise ou que vous attendez que le recruteur vous appelle, vous devez systématiquement vous renseigner sur l'entreprise (sa politique, son secteur d'activité... etc) et sur l'offre (qu'implique le poste, de quoi s'agit-il, qu'est ce qu'une entreprise est susceptible d'attendre d'un employé à ce poste...etc). Ceci vous permettra de montrer une fois en communication avec le recruteur l'intérêt que vous avez pour l'entreprise et de démontrer à travers les qualités de votre CV en adéquation avec le poste, que vous êtes le candidat qu'il faut. 2- une fois en communication, souriez au téléphone : Le sourire s'entend au bout du fil, le recruteur le sentira. En Souriant au téléphone sa l'aidera a se sentir à l'aise, comme pour charmer un client lors d'une vente, vous devez charmer le recruteur par vos sourires. Et oui!!! Vous vous vendez donc n'hésitez pas. 3- Contrôlez votre stress : Le sourire comme le stress se sent et s'entend. Un candidat stressé aura l'habitude de bégayer, parler rapidement ou d'être hésitant sur ces mots. Or bégayer, parler rapidement ou hésiter sur les mots, sont loin de vous aider, de par le fait que le recruteur aura du mal à percevoir en vous, ces qualités qui font que vous être l'homme du poste, dû à une mauvaise communication. Contrôlez au mieux votre stress, n'hésitez pas à faire des simulations d'entretiens téléphoniques, à prévoir des réponses aux questions les plus plausibles. Vous vous sentirez un peu plus à l'aise. 4- Passez l'appel dans un lieu isolé : Le bruit peut être très gênant pour le recruteur, en outre il faut que vous soyez concentré sur l'appel et surtout il faut vous assurer de ne pas être dérangé pendant l'appel. 5- Essayez d'obtenir un entretien physique : Le but de l'entretien téléphonique est de voir si le candidat est apte pour un entretien physique en vue d'une adhésion probable au poste. Essayez d'accrocher le recruteur et d'obtenir une date pour une entrevue.
Secondant le styliste confirmé, l'assistant(e) styliste aide le styliste dans ces créations.   Qu'est ce que le méti er d' assistant (e) styliste ? Le métier d'assistant(e) styliste est une phase obligatoire pour tout jeune diplômé en stylisme. Cette phase lui permet d'acquérir de l'expérience et de passer au poste de styliste. Son métier consiste à épauler le styliste, il l'aide dans la conception et la création de ces collections ( prêt-à-porter ou modèle unique, accessoires, broderies, motifs). Il lui apporte les échantillons de tissus pour ces choix, l'aide à la conception du book de collection, il participe à la mise en place des opérations de communication.   Quelles sont les compétences nécessaires au m étier d'assistant(e) styliste ? L'assistant(e) styliste doit être rigoureux(se), organisé(e), dynamique et réactif(c e) afin d'aider au mieux le styliste. Il doit avoir le sens de l'observation afin d'apprendre du styliste, être résistant(e) au stress et à la fatigue.   Quels s ont les diplômes requis pour exercer ce métier ? Bien qu'il soit possible d'intég rer le métier avec un Bac pro métiers de la mode-vêtements, les entreprises ont une préférence pour les candidats qui détiennent un Bac+2 à Bac+ 5. - Au niveau bac + 2 : Le diplôme requis est un BTS design de mode, textile et environnement option mode ou un certificat d'école de stylisme - Au niveau bac + 3 : Le diplôme requis est une Licence en licence pro métiers de la mode, une Licence pro habillement mode et textile spécialité management et production textile, ou un certificat d'école de stylisme. - Au niveau bac + 4 : Le diplôme requis est le DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués) design mention mode - Au niveau bac + 5 : Le diplôme requis est le diplôme de l'Ensad (École nationale des arts décoratifs)   Quel salaire perçoit l'assistant(e) styliste ? L'assistant(e) styliste perçoit entre 1400- 1600€ brut mensuel. Son salaire est dépendant de la structure qui l'emploie.   Quelles est la perspective d'avenir de l'assistant(e) styliste ? L'assistant(e) styliste peut passer au poste de styliste après quelques années
Très passionné par son métier, le style est celui qui crée les tendances et les modes portées par la société.   À quoi consiste le métier de styliste ? Le styliste crée des vêtements ou des accessoires. Il devine 1 ans ou 2 ans à l'avance les futures tendances, et il crée dans son atelier armé de crayon, de papier, de feutre et de son ordinateur (où il utilise les logiciels adaptés à la mode tels que la CAO, concepteur assistée par ordinateur), des croquis des futures collections ou des prête à porter. Par la suite il travaille en équipe avec les modélistes et les mercaticiennes-modèles afin de donner vie à ces créations. En outre il travaille avec le chef de produits marketing afin d'établir un prix compétitif tout en respectant les valeurs et l'image de la marque par rapport à la qualité du produit. Ainsi malgré les idées reçues, il passe très peu de temps en création (soit près de 1/4 de son temps seulement), le reste de son travail se consacre à la suivie de la mise en œuvre de ces modèles et de l'étude commerciale de son produit.   Où travaille le styliste ? Le style exerce dans les entreprises textiles et dans ce cas il crée des modèles en série : le prêt-à-porter. Il peut en outre travailler dans une maison de haute couture et crée des modèles uniques, et dans ce cas il est appelé un créateur. Enfin il peut se mettre à son compte et être indépendant.   Quelles sont les compétences requises pour le métier ? Le styliste doit être créatif, avoir un esprit d'anticipation, comprendre le monde qui l'entoure afin de deviner les tendances. Il doit avoir de la curiosité et un sens technique. Il doit bien évidemment savoir dessiner, avoir des connaissances dans les logiciels d'utilisation en stylisme, avoir des connaissances en aspect marketing. Si il souhaite se lancer plus tard dans une carrière indépendante, il doit avoir des connaissances en langues étrangères.   Quelles sont les qualités complémentaires liées au métier ? Le styliste doit être passionné par son métier et avoir une forte personnalité afin de pouvoir imposer son style. Il doit être résistant au stress et à la fatigue auxquels il devra faire face lors des salons et les expositions de collection.   Quels sont les diplômes requis pour le métier ? Le métier peut s'exercer avec un niveau Bac pro métiers de la mode-vêtements, cependant les entreprises ou les maisons de haute couture demande généralement le niveau Bac+2 à Bac+5 : * Au niveau bac + 2 : - BTS desi gn de mode , textile et environ nement option mode - BTS métiers de la mode-vêtements - BTS innovation textile - DMA arts textiles - Styliste-modéliste - créateur de mode en lingerie-corseterie - certificat en stylisme de mode - diplôme en stylisme, création textile, modélisme - stylisme de mode option accessoires * Au niveau Bac + 3 : - licence pr o métiers de la mode - licence pro habillement mode et textile spécialité management et production textile - certificat de spécialisation en mode stylisme-modélisme - stylisme infographie modélisme - styliste modéliste - styliste, modéliste, designer textile - styliste option modélisme - styliste designer mode - concepteur mode, espace et produits dérivés Bac + 4 - DSAA mode et environnement - DSAA Design mention mode option textile Bac + 5 - master design vêtement de l'Ensad - master management de la mode option création et innovation   Peut-on exercer le métier de styliste à la sortie de notre formation ? Les jeunes diplômés en stylisme doivent impérativement effectuer un stage ou travailler en tant qu'assistant(e) styliste avant de passer au poste de styliste.   Quel est le salaire que perçoit un styliste ? Le salaire dépend de l'entreprise ou de la maison de haute couture qui vous engage, de vos années d'expérience et de votre notoriété. Un styliste débutant perçoit entre 1800€ - 2400€ brut mensuel alors qu'un styliste confirmé peut percevoir jusqu'à 4000€ brut mensuel. Lorsqu'il travail en free-lance, le styliste perçoit des revenus irréguliers.   Quelles sont les perspectives d'évolution du styliste ? Le styliste peut évoluer, lorsqu'il travaille dans le prêt-à-porter, en directeur de collection ou chef de produits. Une autre perspectives s'offre à lui, celle de devenir créateur en devenant indépendant.
Attaché(e) à son directeur ou son manager, l'assistant(e) de direction ou secrétaire de direction a un rôle important dans une entreprise. Qu'est ce que le métier d' assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? L'assistant(e) de direction / secrétaire de direction seconde son directeur, son manager, ou parfois plusieurs superieurs hierachiques. Son rôle est très important, il/elle doit accueillir les visiteurs ou les clients; réceptionner les appels téléphoniques; organiser les rendez vous et les réunions; s'occuper de la gestion du courrier, de l'e-mail et du traitement de texte; organiser les activités de son directeur ou son manager ou ces supérieurs hiérarchiques mais aussi assister à la gestion des projets et des services. Quelles sont les compétences indispensables requises au métier d'assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? L' assistant(e) de direction / secrétaire de direction  doit avoir une excellente présentation, avoir un excellent relationnel, avoir une excellente expression orale et écrite, parler couramment l'anglais et parfois l'espagnole ou l'allemand, être polyvalent(e), maîtriser les outils bureautiques, savoir être autonome. Quelles sont les qualités complémentaires requises au métier d'assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? Il/elle doit être motivé(e), être reactif(ve), avoir le sens du respect des délais et des procédures, avoir une résistance au stress et à la fatigue. Quels sont les diplômes requis au métier d'assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? Pour accéder au métier, il faut un bac +2 : - BTS Assistant de direction - BTS Assistant de gestion de PME-PMI - DUT gestion des entreprises et des administrations Quel est le type de contrat et les horaires d'un(e) assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? Il s'agit principalement de CDI à temps plein. Les horaires d'assistant(e) de direction / secrétaire de direction sont très prenants, il/elle peut être donné(e) à rentrer tard. Quel est le salaire d'un(e) assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? L' assistante de direction  perçoit entre 2000€ - 3000€ brut mensuel, avec ancienneté. Quelle est l'évolution de carrière d'un(e) assistant(e) de direction / secrétaire de direction ? L'assistant(e) de direction peut évoluer vers des postes administratifs. Vous êtes à la recherche d'un job de assistant de direction ou de secrétaire de direction ? Déposer votre CV sur notre site (Plusieurs agences et sociétés recrutent en ce moment)
Connu sous l'appellation de directeur adjoint magasin ou encore de responsable adjoint, le directeur adjoint est le bras droit du directeur, il l'épaule dans ces différentes tâches quotidiennes.   Qu'est ce que le métier d e directeur adjoint magasin ? Le métier de directeur adjoint constitue à seconder le directeur en place. Il doit réceptionner les marchandises, aménager les espaces, passer les commandes des produits et négocier les prix. Il s'assure de la propreté de la structure, veuille aux affichages. Il recrute et forme le personnel, il les motive afin d'arriver aux objectifs fixés. Il organise le temps de travail des vendeurs, il aide le directeur dans la tenue de la comptabilité. Il remplace le directeur adjoint dans toutes ces tâches lors d'indisponibilité de celui-ci.   Quelles sont les compétences d u directeur adjoint magasin ? Le directeur adjoint doit avoir une très grande disponibilité, tout comme le directeur il commence ces journées avant l'ouverture de la structure et les termine bien après la fermeture de la structure. Il doit avoir des connaissances en comptabilité, avoir un bon relationnel et savoir manager. Il doit être imaginatif afin de pouvoir construire des stratégies commerciales lui permettant d'accroître les ventes. Il doit être organisé, autonome, dynamique et polyvalent.   Quelles sont les diplômes requis pour exercer ce métier ? Les entreprises exigent un niveau Bac+2 à Bac+5 en commerce ou en gestion pour exercer ce métier.   Dans quel secteur exerce le directeur adjoint ? Il exerce dans les structures commerciales, dans les grandes et moyennes entreprise, dans les grandes et moyennes surfaces...etc.   Quel est le salaire et le type de contrat d'un directeur adjoint ? Le directeur adjoint exerce habituellement en CDI, son salaire dépend de la taille de la structure mais il perçoit généralement en débutant 2000€ brut mensuel.   Quelle est la possibilité d'évolution d'un directeur adjoint ? Le directeur adjoint peut évoluer en directeur ou diriger le même poste mais dans une structure plus grande.
Entre les appels téléphoniques, les plannings de rendez vous ou les organisations de réunions, l'assistant(e) administratif(ve) est la personne qui participe à l'organisation administrative de l'entreprise. Qu'est ce que le métier d' assistant(e) administratif (ve) ? L'assistant(e) administratif(ve) intervient dans la gestion administrative de l'entreprise. Dans ce cadre, il/elle reçoit et planifie les rendez vous des différents collaborateurs et des clients. En outre, il/elle organise les réunions, réceptionne les appels. Il/elle réceptionne et rédige les différents textes réactifs tels que des rapports, des courriers, les mails...etc. Il /elle peut avoir un ou plusieurs supérieurs hiérarchiques et doit gérer leurs agendas. Il/elle peut aider à la comptabilité ou être amené(e) à diriger une équipe. Il/elle doit par ailleurs transmettre l'information reçue des supérieurs hiérarchiques aux services appropriés. Il/elle suit les contrats de clients, s'assure de l'approvisionnement en matériels de l'entreprise. Selon l'activité de l'entreprise, l'assistant(e) administratif(ve) aura en plus de ces fonctions basiques, une fonction plus spécifique propre au domaine qui l'emploie. Par exemple, dans une entreprise de travaux d'agriculture, l'assistant(e) administratif(ve) devra faire des suivis de chantier.   Où s'exerce ce métier ? Ce métier s'exerce dans diverses structures telles que les structures publics ou privées, les organismes, les associations...etc. Cependant selon la taille de la structure l'assistant(e) administratif(ve) peut se voir confier des tâches plus importantes.   Quelles sont les compétences nécessaires au métier d'assistant (e) administratif(ve) ? L'assistant(e) administratif(ve) doit avoir des compétences en outils et logiciels bureautiques, il/elle doit avoir une bonne qualité rédactionnelle, un esprit de synthèse, savoir être autonome et établir les priorités, avoir le sens de la discrétion et des confidentialités. Très rarement, on peut exiger à l'assistant(e) administratif(ve) d'avoir des connaissances en langue anglaise.   Quelles sont les qualités complémentaires requises ? L'assistant(e) administratif(ve) doit avoir un bon sens relationnel, être polyvalent(e), savoir être autonome et organisé(e).   Quels sont les diplômes ou les formations demandés à l'exercice du métier assistant(e) administratif(ve) ? Le métier peut s'exercer sans diplôme, cependant le niveau minimum habituellement requis est le niveau Bac. Il est possible d'exercer le métier avec : - Un Brevet professionnel Bureautique - Un titre professionnel Agent administratif - Un titre professionnel secrétaire assistant - Un titre professionnel secrétaire comptable - Bac professionnel Gestion - administration - BTS en secrétariat, gestion ou commerce - BTSA technico-commerciale Avoir une première expérience dans le métier constitue un avantage.   Quel est le type de contrat et le salaire perçu par l'assistant(e) administratif(ve) ? L'assistant(e) administratif(ve) travaille en CDI, il/elle perçoit un salaire compris entre 1400€ - 1600€ brut mensuel. Le salaire dépend de l'entreprise qui l'emploie et de l'expérience de l'assistant(e) administratif(ve).   Quelles sont les perspectives d'évolution de l'assistant(e) administratif(ve) ? En exerçant ce métier, l'assistant(e) administratif(ve) peut évoluer vers des postes de plus grandes responsabilités tels que secrétaire comptable, assistant(e) de direction ou commercial(e). Vous êtes à la recherche d'un job de assistant ou assistante administratif ? Déposer votre CV sur notre site (Plusieurs agences et sociétés recrutent en ce moment dans ce domaine)
Intermédiaire entre le client et le commercial de terrain, l'assistant(e) commercial(e) effectue des fonctions administratives, secrétariats et commerciales, permettant d'épauler le commercial de terrain. Quelles sont les fonctions qu'effectue l' assistant(e) commercial(e) ? L'assistant(e) effectue des fonctions secrétariats telles que les traitements de texte : effectue les factures, rédige les mails et les devis...etc; il (elle) note les commandes et se renseigne sur les délais de livraison et de conditionnement des produits afin de les transmettre aux clients ou aux commerciaux. Il (elle) effectue des fonctions administratives telles que la suivie des clients ou des fournisseurs et trouve des solutions en cas d'imprévu. Il (elle) établie les différentes modalités du contrat de vente avec les clients. Il (elle) effectue des fonctions commerciales telles qu'établir un portefeuille client et prospecter. Il (elle) apporte les informations techniques des produits et services de l'entreprise dont il (elle) travaille. Il (elle) fait les statistiques de vente de l'entreprise.   Quelles doivent être les compétences de l'assistant(e) commercial(e) ? L'assistant(e) commercial(e) doit être polyvalent(e), savoir être autonome et avoir un bon sens relationnel. Il (elle) doit être le bras droit des commerciaux de terrain, en ce sens, il (elle) doit pouvoir réagir et agir face aux différentes imprévus ( un client mécontent, imprévu...etc). En outre il (elle) doit savoir utiliser les différents logiciels de traitement de texte et outils informatiques (ordinateurs, tablettes, le téléphone) afin de pouvoir accomplir ces diverses fonctions. Par ailleurs il est nécessaire qu'il (elle) ait des connaissances en langues étrangères, principalement de l'anglais afin de pouvoir communiquer avec les clients ou les fournisseurs.   Quels sont les diplômes demandées pour accéder à ce poste ? Le poste est accessible avec un bac (générale ou professionnel), néanmoins de plus en plus d'entreprises exigent à ce que l'assistant(e) commercial(e) ait un bac +2 ou +3 dont les plus sollicités sont ceux du domaine du commerce ou la comptabilité. Il arrive en outre à ce que les entreprises apportent une formation complementaire à l'assistant(e) commercial(e) en effectuant le poste.   Quels sont les secteurs auxquels s'exercent ce métier ? Ce métier s'exerce dans les secteurs à activité commerciale tels que les industries, les PME, les grands surfaces... etc. Quel est le type de contrat et le salaire d'un(e) assistant(e) commercial(e) ? L'assistant(e) commercial(e) effectue son métier en CDI. Il (elle) perçoit en débutant 1500€ brut mensuel. Quelles sont les perspectives évolutives du métier ? Il (elle) peut évoluer en commercial(e), en responsable clientèle ou de vente.